Rechercher

Dernières publications

--> Url version détaillée , Url version formatée Structure name contains or id is : "409065;155441;135971;102266;212248;578082", Publication type : "('ART')"
780.
titre
Reporting on the degradation of aquatic environments. The role of knowledge in the implementation of policies for the protection of water resources in sub-Saharan Africa
auteur
Veronica Mitroi, José Frédéric Deroubaix, Youssoupha Tall, Ahi Kouaido Chrislain, Jean-François Humbert
article
, Association des amis de la revue de géographie de Lyon, 2022, 96 (1), ⟨10.4000/geocarrefour.19353⟩
titre
Correction: Gasperi et al. Micropollutants in Urban Runoff from Traffic Areas: Target and Non-Target Screening on Four Contrasted Sites. Water 2022, 14, 394
auteur
Johnny Gasperi, Julien Le Roux, Steven Deshayes, Sophie Ayrault, Louise Bordier, Lila Boudahmane, Hélène Budzinski, Emilie Caupos, Nadège Caubrière, Kelsey Flanagan, Martin Guillon, Nina Huynh, Pierre Labadie, Laurent Meffray, Pascale Neveu, Chandirane Partibane, Julien Paupardin, Mohamed Saad, Lucie Varnede, Marie-Christine Gromaire
article
, MDPI, 2022, 14 (14), pp.2215. ⟨10.3390/w14142215⟩
titre
Determinants of Evapotranspiration in Urban Rain Gardens: A Case Study with Lysimeters under Temperate Climate
auteur
Ahmeda Assann Ouédraogo, Emmanuel Berthier, Brigitte Durand, Marie-Christine Gromaire
article
, MDPI, 2022, 9 (3), pp.42. ⟨10.3390/hydrology9030042⟩
titre
Choisir de lutter contre certaines pollutions plutôt que d’autres - Mise en visibilité et ignorance des facteurs de dégradation du Lac de Guiers
auteur
Youssoupha Tall, José -Frédéric Deroubaix, Ibrahima Dia, Veronica Mitroi, Tidiane Ndoye, Sylvain Faye, Jean-François Humbert
article
, Société d'Anthropologie des Connaissances, 2021, 15 (4)
titre
High-Resolution Mass Spectrometry Screening of Wastewater Effluent for Micropollutants and Their Transformation Products during Disinfection with Performic Acid
auteur
Maolida Nihemaiti, Nina Huynh, Romain Mailler, Perrine Mèche-Ananit, Vincent Rocher, Rachid Barhdadi, R. Moilleron, Julien Le Roux
article
, American Chemical Society, 2022, ⟨10.1021/acsestwater.2c00075⟩

Tutelles

Membre de

Fumer nuit gravement à la santé des poissons - Entretien avec Johnny Gasperi

par Daniel Thevenot - publié le , mis à jour le

Article du Monde Planète du 17 juillet 2018 : Fumer nuit gravement à la santé des poissons - Entretien d’Aline Nippert avec Johnny Gasperi

Deux milliards de mégots environ (350 tonnes) sont ramassés chaque année à Paris. 500 millions à Marseille et 200 millions à Bordeaux. Les chiffres du ministère de la transition écologique et solidaire donnent une idée de l’enjeu écologique que cette pollution urbaine représente. Car nombre de ces déchets toxiques finiront dans les fonds marins et océaniques.

Une fois l’ultime bouffée de cigarette ingérée, son abandon sur le trottoir signe potentiellement le début d’un long périple. Certains mégots n’échappent pas aux aspirateurs des agents de nettoyage urbains. Pour les rescapés, le ruissellement de la pluie suffit pour provoquer une chute par le caniveau, malgré les grilles dont certaines sont dotées. « Ces grilles réduisent fortement la concentration de déchets dans les eaux pluviales ou les rejets urbains de temps de pluie, mais laissent passer quantité de mégots », souligne Johnny Gasperi, maître de conférences au Laboratoire eau, environnement et systèmes urbains (LEESU, université Paris-Est-Créteil et École des Ponts ParisTech). Ces mailles franchies, le destin des mégots dépend du type de réseau de drainage des eaux qu’ils ont à traverser.

Le réseau d’assainissement « unitaire » achemine eaux domestiques et pluviales vers la même station d’épuration. « Quasiment tous les vieux centres historiques sont équipés d’un réseau unique, précise Johnny Gasperi. Paris intra-muros et la première couronne sont dans ce cas ». Le mégot chemine donc vers la station d’épuration, mais sa course est arrêtée juste avant de franchir la ligne. « Les stations font d’abord un dégrillage de l’eau pour évacuer tous les macrodéchets ». Et les mégots, ainsi que tous les autres détritus pêchés (résidus de plastique, cotons-tiges, etc.), finissent alors brûlés ou dans un centre d’enfouissement des déchets.

Les choses se compliquent en cas de grosse averse. « Lorsqu’une grande masse d’eau arrive, le surplus est stocké dans des cuves. Mais une fois ces ouvrages saturés, le trop-plein est directement déversé dans les cours d’eau. », explique le spécialiste. A Paris, ces eaux non-traitées se retrouvent dans la Seine. Et les mégots avec.

Le réseau séparatif, quant à lui, draine les eaux domestiques et les eaux pluviales via des canaux distincts. « Les nouveaux quartiers ou les extensions de centres-villes très récents en sont quasiment tous équipés. », affirme Johnny Gasperi. Dans ce système, seules les eaux domestiques sont soumises au traitement en station d’épuration. « Les eaux de pluie – chargées des détritus amassés – sont déversées dans les cours d’eau généralement sans être traitées. »

Et une fois que les mégots plongent dans un cours d’eau, aucun filtre n’entrave leur course jusqu’à l’océan.

Voir en ligne : Article du Monde Planète du 17 juillet 2018