Nos tutelles

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Programmes de recherche > Dans l’Axe : Fonctionnement des milieux récepteurs anthropisés > Lacs et réservoirs

Observation des lacs urbains

par Daniel Thevenot - publié le

Systèmes d’observation des lacs urbains : Préserver les écosystèmes lacustres dans les villes durables

L’exemple du lac de Créteil


Les lacs urbains sont des écosystèmes vulnérables qui nécessitent un suivi régulier

  • Les lacs urbains fournissent des services écosystémiques tels que le contrôle des inondations, la régulation de la température de l’air, le rafraichissement des quartiers, l’amélioration de la biodiversité floristique et faunistique, les loisirs et la qualité du Paysage
  • L’excès de nutriments et les polluants produits dans les zones urbaines influent sur le fonctionnement du lac : diminution de la transparence de l’eau et de la concentration d’oxygène, augmentation de la biomasse algale, dans certains cas toxique…
  • La gestion des lacs urbains est un défi qui implique des actions publiques et privées pour assurer le traitement des eaux usées et pluviales, la collecte des déchets, l’entretien des espaces publics et de la voirie ainsi que la réglementation de la construction des bâtiments
  • Le suivi des lacs et leur modélisation constituent des outils efficaces pour parvenir à une gestion durable des lacs en milieu urbain.

Stratification thermique dans un lac

La stratification thermique d’un lac a d’importantes conséquences sur son fonctionnement biogéochimique, et donc sur les usages.

Le rayonnement solaire réchauffe le lac en surface et entraine une différence de température entre la surface et les eaux plus profondes.

Ce gradient thermique se traduit par un gradient de masse volumique qui limite les échanges verticaux. L’apport d’oxygène aux eaux profondes du lac est alors interrompu.

L’extension urbaine et le changement climatique, qui peuvent modifier le régime de stratification thermique d’un lac constituent des facteurs de risque pour l’état écologique des lacs urbains.


Le lac de Créteil

Le lac de Créteil était à l’origine une carrière d’extraction de gravier et de gypse entre 1940 et 1976. La carrière a été creusée dans les anciennes alluvions de la Seine et de la Marne, à proximité de leur confluence. Au milieu des années 1970, un lac urbain a été créé dans cette région nouvellement urbanisée du sud-est de Paris.

Couvrant 40 hectares, le lac a un volume de stockage de 1,9 Mm3, une longueur de 1,5 km et une largeur de 250 à 400 m. La partie nord est moins profonde que la partie sud. Les 4 km de berges du lac sont entourées de bâtiments au Nord, à l’Est et au Sud-Est. Une colline artificielle a été construite à l’Est afin de réduire le bruit de l’autoroute passant à proximité. Les précipitations et le ruissellement direct ainsi que les eaux de la nappe souterraine alimentent le lac.

L’eau est utilisée pour l’arrosage du parc à l’ouest, ainsi que pour le nettoyage de la voirie. Un centre de loisirs, situé sur la rive Ouest, permet la pratique régulière des sports aquatiques.

Le lac présente une stratification thermique intermittente du printemps à l’automne.


Dépliant

Systèmes d’observation des lacs urbains - L’exemple du lac de Créteil
Brigitte Vinçon-Leite, LEESU, Ecole des ponts ParisTech
Urban Lake Monitoring - Case lake Creteil
Brigitte Vinçon-Leite, LEESU, Ecole des ponts ParisTech