Membres scientifiques d'OPUR

Membres opérationnels d'OPUR

Rechercher




Accueil > Projets de recherche > OPUR 4 : 2012 - 2018 > Thème 3 : Émissions dans les eaux usées domestiques et industrielles

Action 3.1 : Caractérisation de la contamination des eaux usées domestiques par les alkylphénols, les phtalates et les produits de soin corporel

par Adèle Bressy - publié le , mis à jour le

Chercheur responsable de l’action : Régis Moilleron

Contexte

La directive cadre sur l’eau (DCE) du 23 octobre 2000 a fixé comme objectif l’atteinte du bon état écologique des eaux en 2015, en réduisant progressivement les rejets, émissions ou pertes pour les substances prioritaires et de supprimer d’ici 2021 les rejets des substances prioritaires dangereuses. Les phtalates, les alkylphénols et les additifs aux produits cosmétiques, dont certains sont reconnus comme des perturbateurs endocriniens, font partie de la liste de ces substances prioritaires.
Les travaux récents réalisés au Leesu (Geara-Matta, 2012) et au LCPP en partenariat avec le Leesu et la SEVESC (Bergé 2012) et intégrés à la phase précédente d’OPUR ont permis d’obtenir des informations sur la provenance de la contamination en phtalates, alkylphénols et additifs aux produits cosmétiques, et de pointer la prédominance de l’origine domestique de ces composés. En effet, suite aux résultats de Bergé (2012), il est apparu que la contribution des activités industrielles à la contamination véhiculée par les eaux usées pour les phtalates et les alkylphénols était inférieure à 5 % pour tous les congénères suivis pour l’agglomération parisienne.

Objectifs

Les résultats obtenus pour l’agglomération parisienne sont extrapolables à nombre de bassins versants urbains européens peu industrialisés ; il convient donc de mieux connaître la dynamique de ces composés dans les eaux usées domestiques notamment en réseau d’assainissement unitaire (majoritaire dans l’agglomération parisienne) et/ou séparatif (qui se développe dans le cadre des nouveaux projets d’urbanisme) en s’intéressant aux niveaux de contamination en tête de réseau ainsi que dans les dépôts qui se forment au sein de ces réseaux. Par ailleurs, pour compléter les travaux de la phase 3 d’OPUR, il semble également important de modéliser les processus mis en jeu dans les stations d’épuration (STEP) et de dépollution des eaux pluviales (SDEP). En effet, Bergé (2012) et Geara-Matta (2012) ont mis en évidence l’efficacité des STEP pour ces familles de contaminants sans pouvoir toutefois identifier les processus mis en jeu, notamment dans les différentes étapes de la biofiltration.

Partenaires

- Véronique Eudes (LCPP) : veronique.eudes@interieur.gouv.fr

- Vincent Rocher (SIAAP) : vincent.rocher@siaap.fr

Thèses associées à l’action

- Steven Deshayes (2012 - 2015) : Caractérisation de la contamination des eaux usées domestiques par les alkylphénols et les phtalates

- Sifax Zedek (2013 - 2016) : Dynamique des polluants émergents dans les systèmes d’assainissement et impact de leurs rejets sur le milieu : suivi du triclosan et du triclocarban par échantillonneurs passifs

Fiche détaillée de l’action

Fiche détaillée de l’action 3.1