Nos tutelles

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Programmes de recherche > Programmes transversaux > Roulépur

Projet Roulépur

par Daniel Thevenot, Marie-Christine Gromaire - publié le

Présentation du projet de recherche Roulépur

Titre

Solutions innovantes pour une maîtrise à la source de la contamination en micropolluants des eaux de ruissellement des voiries et parkings urbains

Lutte Contre les Micropolluants dans les Eaux Urbaines : Appel à projet 2014 de l’ONEMA, des Agences de l’Eau et du MEDDE

Partenaires

  • 3 établissements de recherche :
    • Ecole de Ponts ParisTech – LEESU
    • CEREMA – DTerIF
    • Univ. Bordeaux – UMR EPOC
  • 3 collectivités territoriales :
    • Ville de Paris
    • CG 93
    • CG 77
  • 2 PME :
    • St Dizier Environnement
    • Ecovegetal

Contact : Marie-Christine GROMAIRE

Le consortium est constitué de 3 collectivités territoriales (Ville de Paris, CG 93, CG 77), de 2 PME proposant des solutions innovantes de gestion des eaux pluviales (St Dizier Environnement, Ecovégétal) et de 2 laboratoires de recherche publics (Cete Ile de France, LEESU). Ces collectivités et les laboratoires de recherche travaillent ensemble depuis longtemps dans le cadre de l’observatoire OPUR. Des échanges et collaborations existaient avant cet AAP avec les PME retenues.

Les collectivités mettent à disposition des sites de voirie/parking urbains équipés de solutions innovantes, des équipements de mesure et des données acquises lors d’études préalables. Elles contribueront activement à l’évaluation économique, l’analyse des besoins de maintenance et le bilan de fonctionnement des dispositifs. Ville de Paris et CG93 assureront la mise en œuvre de campagnes de mesure sur leur sites. Les laboratoires de recherche s’investiront dans la définition de procédures métrologiques et analytiques fiables et cohérentes entre les sites et l’exploitation homogène et intégrée des résultats. Ils prendront en charge la réalisation des campagnes de mesure sur 2 sites (fossés filtrant et parking perméable), ainsi que les tâches suivantes : recherche des sources primaires (LEESU), analyse de cycle de vie (Cete IdF), acceptabilité des solutions par les gestionnaires (LEESU). Les entreprises participeront au suivi in situ de leurs dispositifs, contribueront par leur connaissance des dispositifs et proposeront des améliorations de ces dispositifs.

La coordination globale du projet sera assurée par le LEESU. Un coordinateur sera désigné pour chaque tâche. Un comité de pilotage constitué d’au moins 1 représentant de chaque partenaire ainsi que des représentants des organismes financeurs sera formé et se réunira au moins 1 fois par an sur la durée du projet pour établir un bilan de l’avancement. Des groupes de travail thématiques seront par ailleurs constitués.

Un accord de consortium sera établi au démarrage du projet. Les données et connaissances acquises dans le cadre du projet seront publiques.

Projet associé à L’Observatoire des Polluants URbains (OPUR), mené en collaboration avec les projets MicroMégas et Matriochkas dans le cadre du SOERE URBIS.


Problématique

Le projet vise l’évaluation de solutions innovantes de maîtrise à la source des flux de micropolluants générés par les voiries urbaines. Il s’agit de mieux diagnostiquer la composition chimique de ces eaux et leur toxicité, d’identifier les sources primaires de contamination, d’évaluer in-situ l’efficacité de plusieurs solutions innovantes de traitement à la source de technicités différentes, d’analyser les performances environnementales globales de ces solutions (ACV) et leur durabilité (maintenance, vieillissement), d’évaluer l’acceptabilité sociale et technique, le coût global et le potentiel de diffusion des solutions proposées en fonction du contexte local technique et institutionnel.

JPEG - 1.5 Mo
Roulépur : parking inondé

Vers une gestion durable les eaux de ruissellement de voirie ?

Une maîtrise à la source des flux polluants véhiculés par ces eaux, voire un traitement à la source, doit être envisagé. Diverses solutions techniques existent. Leur efficacité en termes d’abattement des micropolluants mais aussi leur durabilité (maintenance, vieillissement) et leur acceptabilité demandent cependant à être évalués in-situ. Leur choix devra être orienté en fonction de la nature, de l’environnement et de la gestion du site.


Tâches

  • T1. Méthodologies d’évaluation des solutions de gestion
  • T2. Diagnostiquer la composition des eaux et leur toxicité - Identifier les sources primaires
  • T3. Évaluer in-situ l’efficacité des plusieurs solutions innovantes de traitement de technicités différentes (hydrologie, chimie et écotox)
  • T4. Analyser la performance environnementale globale (ACV) et la durabilité (maintenance, vieillissement) de ces solutions
  • T5. Évaluer l’acceptabilité sociale et technique, le coût, le potentiel de diffusion des solutions
  • T6. Valorisation et transfert des résultats
JPEG - 255.4 ko
Tâches du projet Roulépur

Solutions testées

Quatre dispositifs de maîtrise/traitement à la source des micropolluants ont été sélectionnés. Cette sélection permettra d’évaluer des solutions présentant des niveaux différents de technicité, adaptées à des contextes différents, et représentatives des solutions qui ont émergé au cours des dernières années à l’international : fossés filtrants et infiltrants végétalisés, parking perméable végétalisé, filtre planté horizontal, dispositif compact industrialisé (STOPPOL 10CKF). Ces ouvrages visent des processus de traitement par décantation/filtration/adsorption des micropolluants, et pour certains permettent une réduction des flux ruisselés par infiltration et évapotranspiration. Ces solutions sont encore peu diffusées en France, et n’y ont pas fait l’objet de retours d’expériences sur leur efficacité environnementale globale, leur durabilité, leur potentiel de diffusion.

Le projet proposé est marqué par son caractère pluridisciplinaire et par une approche intégrée de la problématique. Il comprendra une tâche de réflexion méthodologique, commune aux trois projets ROULÉPUR, MICROMEGAS et MATRIOSHKAS, et réalisée en partenariat entre les trois observatoires OPUR, ONEVU et OTHU . Une première phase expérimentale, s’appuyant sur des méthodes innovantes d’analyse ciblée et non ciblée d’un large panel de micropolluants prioritaires et émergents, visera le diagnostic de la pollution des eaux de voirie et l’identification de ses sources primaires. Des campagnes de mesure seront mises en œuvre sur les effluents entrant et sortant (drainage, percolat, surverses) des ouvrages et les sols/substrats, pour une sélection de micropolluants servant de traceurs, afin d’évaluer in situ l’efficacité épuratoire, le devenir des micropolluants et la réduction de la toxicité des eaux (large panel de tests). Une attention particulière sera portée aux effets du vieillissement des ouvrages (saturation des filtres, colmatage). Les contraintes d’entretien et de maintenance, ainsi que les coûts globaux seront évalués sur la base des retours d’expérience des gestionnaires. Suite aux premières observations, des améliorations des dispositifs seront proposées par les entreprises partenaires et testées. L’analyse du bénéfice environnemental global sera abordée au travers d’une analyse de cycle de vie des dispositifs. Une analyse monographique des dispositifs étudiés, s’appuyant sur des entretiens semi-directifs avec les services gestionnaires, sera développée pour étudier l’acceptabilité des solutions et leur potentiel de diffusion.

Les quatre solutions innovantes visées seront testées sur des sites situés en région Ile de France. Compte tenu des délais de mise en œuvre de ce type d’ouvrages, le choix s’est préférentiellement tourné vers des sites déjà opérationnels dans les collectivités partenaires, pour lesquels certaines données / équipements existent déjà, avec une volonté forte de la collectivité d’investir dans l’évaluation des performances de ces dispositifs. Des sites avec un potentiel de contamination important des eaux ont été retenus (voies sur berges par exemple). Une diversité des contextes physiques, urbains et institutionnels, a par ailleurs été recherchée. Chaque dispositif technique correspond à un type de contexte urbain spécifique : STOPPOL en milieu urbain dense sans foncier disponible, filtre planté en milieu périurbain ou le foncier est moins contraint, fossé filtrant où l’occupation du sol est beaucoup moins contraignante, correspondant plutôt à du péri urbain de grande couronne avec des infrastructures routières chargées.

  • Parking perméable filtrant Ecovégétal (Broué et Villeneuve le Roi)
    JPEG - 112.9 ko
    Roulépur : parking perméable (Ecovégétal)
  • Filtres plantés horizontaux non infiltrants (CG93 – Rosny sous Bois)
    JPEG - 1 Mo
    Roulépur : site de Rosny-sous-Bois - filtres à sable plantés
  • Accotements végétalisés + fossés filtrants / infiltrants (CG77 – RD212 Compans)
    JPEG - 4.6 Mo
    Roulepur : site de la RD 212 à Compans
  • Dispositif compact de décantation / filtration/adsorption STOPPOL 10CKF (Ville de Paris, voie George Pompidou)
    JPEG - 76.9 ko
    Roulépur : décanteur-filtreur-adsorbeur STOPPOL 10CKF

Dépliant de présentation du projet Roulépur (PDF)

Intranet Roulépur accessible uniquement aux participants au projet.

Roulépur : dépliant de présentation du projet de recherche
Marie-Christine Gromaire, LEESU, Ecole des ponts ParisTech