Nos tutelles

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > Axes de recherche > Sources et flux de contaminants biogéochimiques sur les bassins versants urbains

Sources et flux de contaminants biogéochimiques : présentation

par Daniel Thevenot, Marie-Christine Gromaire - publié le

Sources et flux de contaminants biogéochimiques sur les bassins versants urbains : présentation

L’axe « Flux de contaminants en milieux urbains » s’intéresse à la connaissance des sources et des flux de contaminants en milieux urbains, ainsi qu’à leur dynamique de transfert, à toutes les étapes du cycle de l’eau en milieu urbain, depuis les précipitations jusqu’au rejet dans le milieu récepteur. Les recherches menées visent trois objectifs :

  1. Mieux connaître les sources et les caractéristiques des contaminants chimiques et microbiologiques. Une attention particulière est portée aux polluants prioritaires de la directive cadre européenne sur l’eau, à la qualité microbiologique et aux contaminants émergents qui sont sources de préoccupations croissantes.
  2. Analyser les processus d’émission et les processus de production et de transfert au niveau des différents compartiments du cycle de l’eau (atmosphère, surfaces urbaines, ouvrages de gestion).
  3. Développer un ensemble d’outils d’aide à la gestion des contaminants dans les eaux urbaines.

Le pilier principal de cet axe est le programme de recherche OPUR (Observatoire des Polluants Urbains en Ile de France) qui constitue une plateforme d’innovation unique en Ile de France dans le domaine de l’hydrologie urbaine. OPUR est développé et géré par le LEESU depuis 1994. Il s’appuie sur une infrastructure d’observation très lourde et sur un partenariat privilégié entre les chercheurs et les acteurs opérationnels. Il est structuré en phases de recherche successives d’une durée moyenne de 6 ans et travaille en lien avec le PIREN-Seine. OPUR est membre fondateur du réseau d’observatoires français en hydrologie urbaine Urbis qui est labellisé en tant que SOERE en environnement urbain depuis la fin de l’année 2010.